Musée-Oh !

Musée-Oh !

Menu
[Berlin Trip] Le currywurst museum : l'épopée de la saucisse au curry en expo

[Berlin Trip] Le currywurst museum : l'épopée de la saucisse au curry en expo

Une street food berlinoise mythique

A Berlin, la currywurst est aussi mythique et incontournable que la porte de Brandebourg. Grignotée sur le pouce en mode street food ou tranquillement installé dans un snack, cette spécialité culinaire est bien plus qu'une quelconque saucisse soupoudrée de curry baignant dans une vulgaire sauce tomate ! Aux côtés des mastodontes berlinois de l'île aux musées, le curieux currywurst museum situé à quelques mètres de Checkpoint Charlie, a bien sa place sur la scène muséale de la capitale allemande !

Si le sujet abordé nous esquisse de prime abord un sourire et la perspective de visiter un "musée plus amusant" que le Neues et sa Nefertiti, on découvre vite toute la qualité muséographique et scénographique de cet établissement ouvert en 2009, dont l'approche se veut participative et multisensorielle.

Dès l'entrée, en passant à côté du snack du musée, les papilles se réveillent malgré les 10 h du matin ! Mais il faudra attendre la fin de la visite pour déguster cette spécialité comprise dans notre ticket d'entrée, patience... Au-dessus du comptoir d'accueil, le ton est donné sur le succès de cette currywurst, "monument" berlinois grâce à un compteur qui recense "à l'instant T" le nombre de saucisses dévorées à Berlin et en Allemagne. Car c'est plus de 70 millions de currywurst qu'on déguste dans la capitale par an.

(C) Currywurst museum

(C) Currywurst museum

Le compteur des currywurst

Le compteur des currywurst

Un parcours multisensoriel pour nos papilles

Maquettes, odoramas, matériauthèques, décorums, coulée de sauce tomate venue du plafond, cornet de frites géant, "canapé-saucisse" où se lover : le visiteur se plaît à déambuler dans cet univers immersif, sensoriel et coloré. Il peut monter à bord d'un snack-roulant et s'improviser vendeur, écouter via une bouteille de ketchup les chansons composées en l'honneur de cette célèbre saucisse, longer les fourneaux de la légendaire inventeuse de la currywurst qui garda pour elle jusqu'à la mort les composants de sa recette, s'immerger dans le cabinet des épices à la recherche de l'ingrédient secret qui fait l'unicité de chaque currywurst que nous mangeons. Exposition "pop-up", le public se prend au jeu en ouvrant les frigos de la galerie temporelle, en découpant et en soupoudrant virtuellement les currywurst via un programme interactif.

Toutefois, malgré le caractère ludo-pédagogique de l'exposition, c'est bien un vrai discours thématique qui se déploie avec qualité et pertinence, prouvant que ce sujet n'est pas une private joke des amoureux de Berlin mais bien un véritable patrimoine matériel et immatériel à valoriser. Le synopsis du parcours paraît fluide et cohérent et tente de construire un véritable panorama sur la question, composé d'un arrière-plan historique, sociologique et économique pertinent où s'entrecroisent les difficultés alimentaires de l'après-guerre, l'évolution de la street food et de nos pratiques alimentaires en Allemagne et dans le monde.

Ainsi, l'exposition est truffée de clins d'oeil et d'anecdotes : savez-vous qu'un hot dog était un terme dépréciatif pour qualifier une viande de piètre qualité "pour les chiens" ? Que l'expression "bistro" viendrait peut-être du russe signifiant « vite » et datant de l’occupation russe qui a suivi la bataille de Paris de 1814. Les soldats russes n’ayant pas le droit de boire en service et craignant de se faire surprendre par l’arrivée d’un gradé, imploraient les cafetiers qui les servent en leur criant en russe : « bistro, bistro », « vite, vite » ?

La visite se termine en projection via des extraits cinématographiques ou télévisuels où la currywurst apparaît et par un témoignage des Berlinois sur le caractère patrimonial exceptionnel de la saucisse au curry en termes d'économie, de partage, de culture...

Un passage à la boutique comporte aussi son lot d'amusement et de déclinaison du thème où badges, T-Shirts, sacs "peace love & currywurt" et autres produits dérivés bon marché, permettent de garder un souvenir de la visite. Un distributeur malheureusement en panne lors de notre passage permet même de repartir avec son propre mélange épicé en lien avec un test de personnalité "Currymat : quel genre de curry es-tu ?" !

Merci pour ce moment et cette agréable surprise ! Voilà un exemple de musée à la fois "amusant" et "sérieux" qui propose une vraie valorisation d'un patrimoine à la fois matériel et immatériel où fond, forme et expérience sont au rendez-vous !

Panorama des espaces (C) Musée-Oh!Panorama des espaces (C) Musée-Oh!
Panorama des espaces (C) Musée-Oh!Panorama des espaces (C) Musée-Oh!
Panorama des espaces (C) Musée-Oh!Panorama des espaces (C) Musée-Oh!Panorama des espaces (C) Musée-Oh!
Panorama des espaces (C) Musée-Oh!Panorama des espaces (C) Musée-Oh!

Panorama des espaces (C) Musée-Oh!