Musée-Oh !

Musée-Oh !

Menu
Un musée des roulottes pour conserver le patrimoine tzigane

Un musée des roulottes pour conserver le patrimoine tzigane

http://www.dkomaison.com/images/001/04/65_roulotte-tzigane-nostalgie.jpgA l'heure des récentes expulsions sur la région lilloise de gens du voyage, ce curieux projet muséal fait l'actualité. Perdu en pleine nature à la sortie de Saint Quentin La Poterie, cet équipement insolite a l'ambition de préserver la culture tzigane, en exposant un objet archétypal : 14 roulottes traduisant l'histoire de ce véhicule usité par ce peuple itinérant.

Cette initiative patrimoniale est celle, non pas de Tziganes, mais d'un acteur privé passionné : Pierre Le Fur, psychanalyste parisien qui s'est improvisé "chasseur de roulottes" après avoir acquis auprès de Jean-Paul Favand, directeur du musée des arts forains, deux premières pièces.

Ainsi, après la "Queenie", dont parle Charles Dickens en 1840 et  l'Américaine "Land Yacht" fabriquée avec des morceaux d'avion en 1970, sont venues s'ajouter une Verdine hippomobile, une autre ayant apparemment appartenu à Van Gogh, une ennième décorée par Christian Lacroix... "Maintenant, je parcours le monde à la recherche de roulottes. On pense qu'il en reste beaucoup. Mais ce n'est pas le cas car les riches tsiganes se faisaient incinérer dedans", explique le passionné.

 

Si la démarche conservatoire est tout à fait louable, le projet suscite le débat.  D'un point de vue muséologique d'abord, l'exposition se contente a priori de donner à voir ces véhicules et ne traduit que peu, par le matériel, le riche patrimoine immatériel tzigane. Qu'apprenons-nous au juste en regardant ces roulottes restaurées ?

L'emplacement du musée demeure également controversé, et coup du sort, est menacé d'expulsion. Le maire de Saint-Quentin-La-Poterie, Yvon Bonzi, a assigné en justice Pierre Le Fur. Les 14 roulottes seraient installées sur " une zone naturelle protégée" et Pierre Le Fur aurait fait construire un bâtiment " sans permis de construire". "Il se donne une appellation de musée mais il n'y a eu aucun contrôle sur l'accessibilité, la sécurité", riposte le maire, interrogé par l'AFP. Aux yeux de nombreux tziganes, Pierre Le Fur est devenu un porte-étendard. Du coup, ils le soutiennent : "On est un peuple pacifiste. On va organiser des confrontations culturelles", annonce Esmeralda Romanez, porte-parole, qui envisage aussi des manifestations en cas de condamnation à détruire.
Le maire se veut rassurant vis-à-vis du projet : "Je n'ai rien contre les roulottes. Je peux l'aider à trouver un autre terrain".  Pierre Le Fur reste quant à lui plus catégorique : "Si je dois détruire, je ferme".

Il y a fort à parier que le musée improvisé soit contraint d'abandonner sa sédentarité, pour repartir de nouveau sur les routes...