http://www.lesartsdecoratifs.fr/local/cache-gd2/684d73e7735a8d4b51414690f7345114.jpg

Encore une fois, les Arts Déco ont réussi à me transporter grâce à une exposition époustouflante tant par son contenu que par son contenant : La mécanique des dessous. L’histoire indiscrète de la silhouette, encore visible jusqu’au 24 novembre.

Le sujet en lui-même a déjà fait couler beaucoup d’encre et permet d’aborder d’un angle original la question de la métamorphose du corps face au diktat de la mode du 14e siècle à 2013. Pas de bistouri ici mais divers engins de torture ou de tromperie, des mécaniques « bien huilées », ingénieuses, pour contraindre et dompter notre silhouette tant féminine que masculine. Rembourrages pour maximiser sa virilité, faux-culs et paniers, crinolines, corsets et lacets, pour « bien se tenir » au sens propre comme au figuré, manches ballons, soutiens-gorges, panty et « slips-prothèse » de notre 20e siècle…

 

http://urbanpulse.fr/wp-content/uploads/2013/09/20130829_184932.jpgAu-delà de ce sujet riche en surprises et en anecdotes, la muséographie et la scénographie font preuve de pertinence et de qualité.

Certains diront sans doute encore : « Mais allumez donc cette lumière ! On n’y voit rien ! », face à l’ambiance habituelle très feutrée de ces espaces mode. Mais lorsque nous ouvrons bien les yeux et que nous analysons la mise en scène et la médiation, notre regard est admiratif. Les textes vont à l’essentiel et permettent en quelques signes d’obtenir les clés de compréhension des collections même pour un visiteur non averti. Des citations et des montages vidéos dynamiques contextualisent efficacement les « vraies choses » en les faisant dialoguer avec leur époque et en créant des passerelles avec l’histoire, les arts, les archives, les publicités, non sans rictus… Des mannequins présentent des reconstitutions de ces mécaniques qui s’animent avec magie dans les vitrines et nous renseignent sur leur fonctionnement. Les soclages mobiles font tournoyer les pièces de collections et la présentation est méticuleusement calculée pour que le public puisse observer chaque recoin et particularité du vêtement exposé. A cela, ajoutez la splendeur des collections, magnifiées par un éclairage judicieux.

 

http://www.parisbouge.com/img/cache/56/36/563626058_800x533_cr.jpgSi l’évasion et l’imaginaire nous gagnent en contemplant les vitrines, la médiation nous permet de retrouver rapidement la réalité : un alignement intelligeant de mannequins caractéristiques d’un canon d’une époque nous permet  de nous positionner dans l’histoire des silhouettes, tandis qu’un espace d’essayage nous invite à se confronter concrètement à ces mécaniques et à se prendre au jeu !

 

Vous l’avez compris, cette exposition réunit tout ce que j'apprécie : un thème assez décalé mais scientifiquement intéressant,  de belles collections bien mises en scène et contextualisées, des contenus hiérarchisés et rédigés avec intérêt pour le lecteur, des dispositifs de médiation qui enrichissent l'expérience et annulent la simple contemplation.

Cette exposition est juste à découvrir et à partager sans tarder ! On regrette juste le prix du catalogue qui, malgré sa qualité, n’est pas donné…

 

Pour aller plus loin :

http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/mode-et-textile/expositions-70/prochainement-446/la-mecanique-des-dessous-une/

Tag(s) : #L'expo de la semaine

Partager cet article

Repost 0