Musée-Oh !

Musée-Oh !

Menu
[Insolite] Le musée de l'espionnage à Washington

[Insolite] Le musée de l'espionnage à Washington

Vue de l'exposition

Vue de l'exposition

A l'heure de big brother et des risques terroristes croissants, l'existence d'un musée de l'espionnage à Washington nous semble presque évident. Au coeur de la capitale américaine, l'international Spy museum s'efforce de présenter au visiteur l'histoire de l'espionnage mêlant protagonistes de légende et artefacts inventifs (près de 60000 objets) : une caméra à la boutonnière aux montres-appareils photo en passant par des armes dissimulées dans des paquets de cigarettes, un tube de rouge à lèvres ou encore le classique parapluie... (A sélectionner au passage dans la boutique en ligne du musée !). La galerie "L'école des espions" remémore près de 50 ans de technologie d'espionnage développé par les agences de l'OSS pour le KGB, et encore en usage aujourd'hui.

L'établissement propose littéralement au public de se glisser dans la peau d'un agent. Quelle est la nécessité d'une "couverture" ? Qui était Feliks Dzerjinski ? Quel rôle a joué l'espionnage au cours de la guerre froide ? Autant de questions auxquelles le musée tente de répondre en usant des multimédias high tech et du spectaculaire au sein de reconstitutions ponctuelles comme celle du tunnel de Berlin.

Outre ce retour sur le passé, le synopsis d'exposition n'est pas en reste des actualités en termes d'espionnage du XXIe siècle... On croirait presque qu'on nous en livrerait certains secrets ! Les expôts explicent certains sujets d'actualité et "l'espionnage moderne" agrémenté de  "cyber-attaques" et de vol électronique... Immersion cependant assez chère : plus de 18 euros par personne pour visiter ce musée.

La Chine et la Finlande possèdent également leur musée de l'espionnage tandis qu'un musée de ce type devrait ouvrir prochainement en 2015 à Berlin. L'établissement chinois n'est pas sans causer de controverses au regard de sa politique des publics quelque peu sélective : ce musée, également appelé Centre d’éducation sur la Sécurité nationale, n'est pas accessible aux étrangers et surtout aux touristes. « Je ne connais pas les raisons exactes de cette interdiction aux étrangers, a indiqué Fan Hong l'un des porte-paroles de l'établissement. Je pense que cela a trait aux questions de sécurité du pays». Quatre séquences d'exposition retracent l’histoire de l’espionnage chinois depuis la création du parti communiste chinois à nos jours, évoquant ainsi les « héros anonymes » qui ont travaillé « au cœur de l’ennemi » et pour le pays...

 

Pour aller plus loin :

http://www.spymuseum.org/