Musée-Oh !

Musée-Oh !

Menu
L'expo de la semaine : "Exhibitions" au Quai Branly

L'expo de la semaine : "Exhibitions" au Quai Branly

http://www.hominides.com/data/images/illus/Expositions/exhibitions/exhibition-exposition.jpgBarnum, le mythe du bon sauvage, les femmes à barbe, les nains, la Vénus Hottentote, les expositions coloniales... Les problématiques évoquées au sein de l'exposition Exhibitions actuellement présentée au Quai Branly jusqu'au 3 juin 2012 sont multiples et transversales. Au-delà de ces "images raccoleuses", l'exposition souhaite interroger le visiteur sur des questions plus profondes : sa vision de l'Autre et de l'Ailleurs ; un champ de réflexion indémodable tant il structure l'Humanité.

La première partie du parcours tente de redonner une identité à ces prétendus "sauvages" par le biais d'affiches et de portraits qui resituent le public à l'époque de ces spectacles et tournées internationales mobilisant foules et personnalités. Sans victimiser à outrance les acteurs de ces exhibitions, les commissaires de l'exposition souhaitent surtout montrer l'envers du décor : l'invention d'une véritable histoire pittoresque autour de ces personnages au destin parfois inventé de toutes pièces, les canulars, l'exotisme déguisé, les rémunérations de ces artistes... La scénographie sert et développe subtilement ce concept de "coulisses" par un jeu de drappés, de lumières tamisées, de transparence, une colorimétrie faite de rouge cramoisi et de bleu relative à l'univers du cirque.

La seconde partie du parcours se veut plus grave dans les messages délivrés lorsque la question des expositions coloniales, des "zoos humains" (nouveau regard sur l'incontournable jardin d'acclimatation !) et du racisme est évoquée. Chaque visiteur pourra porter son regard sur cette extension thématique : y voir une nouvelle dénonciation de la colonisation, un message de tolérance, une invitation à respecter les autres dans sa vie quotidienne et à construire ensemble. Si ce regard sur le présent et cette projection vers l'avenir sont présentes, il manquerait peut-être quelques développements sur des faits d'actualités trop souvent écartés pour des raisons de politiquement correct. Il suffit de lire Une planète disneylandisée de Sylvie Brunel pour voir que nos attentes actuelles de l'Ailleurs et de l'Autre ne sont peut-être pas totalement différentes de ce temps de Barnum. Outre ce goût pour le folklore et les villages étrangers "typiques" accompagnés de "figurants-habitants", penchons-nous aussi sur certains produits touristiques, à succès, proposés par certains tours opérateurs : la rencontre des femmes girafes dans le nord de la Thaïlande ou encore les "safaris humains" et les visites de bidonvilles en Inde ou ailleurs pour les touristes "pseudo-aventuriers" en mal d'exotisme... C'est peut-être là l'utilité des multiples miroirs parfois déformants présents dans l'exposition : un moyen de faire l'introspection, de regarder le monde au-delà du premier regard, au-delà des apparences.

 

Exhibition, l’invention du sauvage (29 novembre 2011 - 3 juin 2012), Musée du Quai Branly, Paris 7e.

 

Pour aller plus loin :

La présentation officielle et la bande annonce de l'exposition : http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/a-l-affiche/exhibitions.html

Pour réfléchir : http://observers.france24.com/fr/content/20120113-safari-humain-touristes-mal-exotisme-jarawa-andawan-inde-video-danse-nourriture