Musée-Oh !

Musée-Oh !

Menu
Débat : Le « resto-musée » ou le « musée à table », un concept en vogue

Débat : Le « resto-musée » ou le « musée à table », un concept en vogue

http://media.maginea.com/m2/products/00/00/95/83/M20000958337_2.jpgToujours dans cette volonté de proposer aux visiteurs une offre riche et élargie, un nouveau concept d’équipement poursuit son chemin depuis environ trois ans dans les coulisses des études de faisabilité et de programmation d’équipement : celui du « resto-musée » ou du « musée à table ». Certes, l’espace restauration fait de plus en plus partie intégrante des projets de musée, et dans certains établissements d’ambition, il constitue un service souvent apprécié des visiteurs, une fonction à ne pas oublier par le programmiste.

 

Quel muséovore n’a jamais profité d’un bon plan pour grignoter à moindre coût à deux pas de la Tour Eiffel ou du Trocadéro en se réfugiant au restaurant  « Les Ombres » du Quai Branly ou à la cafétéria de la Cité de l’architecture ? Si tel n’est pas le cas : courez-y !

Et si Mike Kelley et Andy Warhol disaient vrai ? Certains musées sont un peu comme de grands magasins, où l’on vient consommer de l’art entre deux sandwichs. 

 

Mais dans ces resto-musées, l’objectif n’est pas seulement de se remplir la panse mais aussi l’esprit. L’approche consiste à faire de l’espace restauration un lieu de découverte et d’interprétation : le mobilier est généralement détourné pour accueillir dans ses tiroirs et ses plateaux manip’, boîtes à odeurs, mini-jeux, outils numériques. Des objets-témoins s’accumulent et forment un décorum autour du visiteur. Parfois même, le long des « cimaises » du resto-musée, des modules de médiation s’alignent et proposent aux impatients attendant leur commande d’apprendre à connaître un territoire, une thématique spécifique. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les équipements concernés n’ont pas toujours affaire avec un contenu autour du goût ou d’un savoir-faire culinaire.

 

Apprendre en s’amusant ? Apprendre en se restaurant ? Cette approche a-t-elle sa place dans un musée ou un centre d’interprétation ? Ces dispositifs de médiation et cette approche muséo-scénographique sont-il judicieux ? Ils représentent en tous les cas pour de plus en plus de maîtres d’ouvrage ou de chefs de projet touristiques l’une des clés pour proposer un équipement original et unique. Aux côtés des parcours spectacle, des approches « tout numérique », et autres attractions en tout genre qui s’intègrent dans l’institution muséale, le « musée à table » se fait une place au soleil et apparaît comme une nouvelle possibilité…