Département d'histoire naturelle, Indian Museum de Kolkata (Calcutta, Inde)

Département d'histoire naturelle, Indian Museum de Kolkata (Calcutta, Inde)

Direction Kolkata

Lors de nos pérégrinations muséales, notamment en globe-trottant, on y découvre souvent un détail marquant, un dispositif qui nous interpelle, nous étonne, nous fait rire... On y retient alors de ce moment insolite une sympathique anecdote qui habite de manière indélébile nos souvenirs expographiques.

Cet été, j'ai eu la chance de repartir en Inde et de découvrir le Népal, pour un mois de périple en sac à dos, entre rizières, montagnes et rickshows des villes infatigables d'Asie. Mais chassez le naturel, il revient au galop ! Sans excès, j'en ai quand même profité pour y visiter quelques musées entre deux temples bouddhistes ou hindouistes.

Kolkata, anciennement nommée Calcutta, 4e étape de notre périple après la mythique Kathmandou : 16 millions d'habitants, 10 fois plus étendue que Paris, 45 degrés, 80 % d'humidité. La "Cité de la joie" pour Dominique Lapierre, souvent associée à Mère Teresa, creuset culturel unique au coeur du Bengale, une masse de travailleurs acharnés corvéables à merci, ville hallucinante, indescriptible, "violente". Le genre de ville qui vous gifle aller retour, vous transforme.

L'Indian Museum, un voyage muséologique inoubliable

Kolkata transpire encore son passé colonial par ses façades envahies progressivement par les arbres. L'Indian Museum, l'un des plus beaux musées du pays, vous y transporte illico presto. Dans son grand bâtiment de style Renaissance italienne construit en 1875, le musée est un peu défraîchi (quoi que pas trop au regard des conditions climatiques !), mais présente une riche collection archéologique, préhistorique, géologique, zoologique, numismatique, textile... "Ce petit Louvre" a entamé un important travail de rénovation perceptible au fil des sections "modernisées" ou restées dans leur jus, à la mode 19e. Le visiteur bondit de bonnes en mauvaises surprises et il reste pantois face à la richesse des collections, leur état et leur valorisation variables, mais surtout face à l'art du système D. Car à Kolkata, on a d'autres préoccupations que les musées et pourtant à en voir le cabinet des monnaies et la salle consacrée à l'Evolution, la muséographie dévoile tous ses atours : maquettes, cartes, loupes pour mieux contempler, bornes interactives, textes agréables et concis, éclairage soigné. 

Dans le département de minéralogie, puis d'histoire naturelle, c'est un véritable voyage dans le temps qui attend le promeneur. On est loin des taxidermies du Muséum ! Là, un félin dégarni aux yeux dessinés en amande cohabite dans son diorama avec de multiples boules désinfectantes ou antimites qu'on trouve plutôt chez nous dans les urinoirs. Ici une mystérieuse girafe pourvue d'un sachet plastique sur la tête pour mieux s'abriter de la fuite en attente de réparation. Plus loin, quelques bocaux où flottent un foetus humain à terme, et plusieurs chevreaux mal formés ; à 8 pattes, un cyclope... Peut-être le détail de trop après le sacrifice traditionnel des chèvres au temple de Kali le même matin... Et enfin là, pour soutenir un énorme squelette, un soclage des plus inventifs : une chaîne de vélo soutenant ces vieux os ! Mais ce troupeau, ne serait-ce pas une timide imitation de la Grande Galerie ?

Déambuler dans ces salles relève d'une véritable expérience émotionnelle où le visiteur (occidental) va de l'émerveillement à l'horreur, de la stupéfaction au rire. Jamais, je n'ai visité un lieu muséal à l'atmosphère si prégnante mobilisant tant mes 5 sens : la lumière blafarde des extraordinaires verrières empoussiérées, cette odeur de formol et de désinfectant qui vous attaque progressivement la bouche, ce silence lourd et ces voix qui résonnent, des collections en sursis mais tant d'inventivité pour les magnifier avec les moyens du bord. 

Comme les autres départements du musée (textile, monnaie, archéologie, égyptologie), ces salles consacrées à la géologie et à l'histoire naturelle, ne tarderont pas à être rénovées. Ainsi, la mystérieuse girafe n'aura bientôt plus besoin de son sachet plastique pour se protéger... On le regretterait presque car dans de tels espaces, on a à la fois envie de changer du tout au tout ou de surtout ne rien toucher pour en préserver la magie, l'esprit, l'authenticité des lieux.

Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie
Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie

Panorama des différents départements du musée entre modernité pour les sections rénovées et espaces restés dans leur jus en attente d'une seconde vie

Tag(s) : #Le Musée insolite de la semaine

Partager cet article

Repost 0