[Insolite] Le musée de la Vodka à Saint-Pétersbourg

Où ailleurs qu'en Russie, pouvions-nous trouver un tel musée, rendant hommage à la célèbre eau de vie de pommes de terre et autres matières premières distillées ? Peut-être en Pologne, en Ukraine ou en Finlande, la fameuse boisson incolore étant également "l'alcool national".

La "petite eau" ou "eau russe" dixit son ethymologie fait l'objet d'un étonnant musée russe ouvert en mai 2001 à Saint-Pétersbourg. Ne nous méprenons pas : l'établissement concentre son propos sur la vodka RUSSE avant tout grâce à une riche séquence historique, retraçant par le biais de gravures, peintures et autres artefacts, l'épopée de la boisson renommée.

A l'origine du vin de blé

Si les avis divergent sur les origines de la vodka, le musée défend quant à lui sa version de l'histoire : selon la légende, les moines ont été les premiers en Russie à obtenir de l’alcool par distillation. Lors d’une visite à Constantinople, les dignitaires religieux goûtent l’eau-de-vie de vin. La boisson produit une impression si «forte» sur les hôtes russes, qu’à leur retour ils décident de concevoir un premier alambic pour distiller des grains, à défaut de culture de vigne en Russie. Ce liquide alcoolisé, prénommé à juste titre "vin de blé" ou aqua vitae est devenu le prototype de l’eau-de-vie de grain contemporaine.

Préparation médicinale ou utile aux parfumeurs, les premières distilleries ouvriront au 15e siècle en Russie et connaîtront leur siècle d'or au 19e siècle. La célèbre boisson croisera à maintes reprises l'histoire [économique] russe, malgré plusieurs périodes de prohibitions (1917-1924 et 1985-1990).

Au fil des vitrines, le visiteur peut y découvrir les principes de la distillation, la mise en bouteille, grâce à la richesse des collections présentées, associées à plusieurs reconstitutions de cire. Lisse et rigoureuse, la scénographie contribue à sacraliser le propos et la thèse défendue de ce produit [totalement] russe ! Opération de communication réussie ! On finit vite par avoir envie d'y goûter...

La visite se termine, accoudés dans une petite salle claire, aménagée dans le style d’une taverne du début du 20ème siècle. On peut y déguster plusieurs marques de vodka accompagnées de zakouskis (amuse-bouches), afin d'apprécier toutes les subtilités de la thématique présentée. La dégustation se veut pédagogique car en Russie, comme le bon vin en France, la vodka ne se boit pas n'importe comment. Alors tentés ?

Face à ce discours encensant, on oublierait presque l'inquiétant article du Monde publié en janvier dernier.
 

 

Tag(s) : #Le Musée insolite de la semaine

Partager cet article

Repost 0